Mise à jour le 5 septembre
Devenez correspondant(e) de Caraïbe Express c'est partager et faire progresser "Le Lien Entre Les Peuples". Passionnés d'écriture, journalistes professionnels et amateurs, rejoignez notre équipe par mail: redaction@caraibeexpress.com, par téléphone: (509) 38406384 "Caraïbe Express" The Link Between The Peoples le site d'informations culturelles et sportives de la Caraïbes par excellence.
Samedi 23 septembre 2017 07:28 (Paris)

Accueil  »  Archives  »  Année 2008
L’indésirable !

Extrait du blog ’Point de Vue’ publié par Poro sur Caraïbe Express Blog

Enfin c’est arrivé. Sa pédanterie a assez durée, s’exclame le chef de l’humanité. Chef de l’humanité ? C’est qui ? Voyons n’excitez pas mon fou rire. Je ne parle aucunement d’un dieu quelconque. Je fais ici allusion à celui (ou celle) qui s’est dit un jour : la terre m’appartient !!

Remarquez ! Quand il s’est frappé la poitrine pour proclamer cette certitude, il englobait dans son appropriation terrestre l’espace sidéral. Dès lors l’Être humain, puisqu’il faut l’identifier, voyait d’un œil étrange pour ne pas dire suspect tout individu qui se permettait de s’y balader sans crier gare. Il se sentit même blessé dans son amour propre pour ne pas dire dans son honneur. Il ne comprit pas comment et surtout pourquoi cet espèce était pourvu d’une morphologie qui lui permettait de se balader pour ne pas dire de batifoler dans cet espace sans fin et sans frontière. Il jura que désormais, il va prendre que dis-je (inventer) tous les moyens que les neurones de son cerveau soient capables de construire pour ravir à ce pédant cet espace qu’il s’est accaparé de gré ou de force. À tâtons et patiemment, il tissa son projet et en frappant une nouvelle fois son estomac à grands coups, il se proclama lui aussi : ÊTRE AILÉ.

Un peu penaud, il s’accapara l’espace sidéral en partie et immédiatement, il a vu dans l’autre espèce son ennemi redoutable. « Il faut que je mette cet intrus au pas » cria-t-il ! Constatant son incapacité pour ne dire son échec lamentable à dompter ce concurrent qui semble le narguer avec son élégance naturelle en se batifolant dans cet espace qu’il convoite, il fit marcher son intelligence et trouva la formule destructrice idéale.

« Mangeons la bête » tonna-t-il. On va la pourchasser sous toutes les formes. On va l’abattre. On va la faire mijoter dans toutes sortes de sauce. La chasse à la bête prit une ampleur irrationnelle sur toutes les surfaces de cette terre. Le mot « chasseur » devint synonyme d’un groupe privilégié qui pourchasse le monde ailé sans répit.

En même temps, d’autres âmes sensibles se montrèrent condescendantes et dictèrent au reste de l’humanité que si on domestiquait ce monde ailé on ferait preuve que l’Être humain est supérieur au reste de la création.

La bonne maxime latine « divide ut regnes » trouva son application humaine. On parla donc des animaux domestiques et des animaux sauvages.

Bien entendu, les « domestiques » trouvèrent toutes les attentions de leurs maîtres. Ils furent « chouchoutés » en remplissant le rôle de consolateurs des affligés. Les autres dénommé « sauvages » regardèrent du haut des cieux, leurs confrères soumis à toutes sortes de besogne pour satisfaire l’ego de leurs maîtres. Du haut de leur hauteur en volant à qui mieux mieux mais en allant librement d’un endroit à un autre et surtout ne connaissant pas le mot « cage », les « sauvage » rirent quand même en décrivant des entourloupettes comme des ébats idylliques de jeunes mariés.

La dernière charge de l’humain à laquelle les « sauvages » ne s’y attendaient nullement, tomba ces jours derniers. Ils « les sauvages » sont porteurs d’une souche virale dénommée : « H5N1 » et que ceux-ci (toujours les sauvages) transportaient d’une ville à l’autre, d’une contrée à l’autre, d’un continent à l’autre cette terrible maladie dénommée : « grippe aviaire »

La charge tonna contre ses « sauvages » et à l’instar du galeux de la fable, il faut le débusquer, le pourchasser, le punir, l’abattre, le surveiller, lui rendre la vie impossible jusqu’à ce qu’il disparaisse jusqu’au dernier.

Désormais l’ennemie numéro 1, prend le nom « d’oiseau sauvage ». Belle revanche du roi de la création qui n’a jamais accepté cette liberté sans limite que « cet oiseau sauvage » qui s’émigre sans passeport en ignorant les mots : frontière, pays, territoire, régions, continent etc..etc… Pauvre « oiseau sauvage »…L’indésirable !!!




BÔ KAY NOU


Les fils info de Caraïbe Express
  • La UNE
  • Culture
  • Vos Sorties

   » Faites connaître ce site à un ami